Le contexte futur

La saga "Le monde d'Après" repose sur un gros travail de prospective et d'investigation personnelle.

Pour dresser le contexte futur, je me suis appuyé principalement sur des rapports officiels (GIEC, ONU, Ministères de la défense US, GB et France, rapports sur les risques mondiaux du forum de Davos, rapports de groupes d'assurance, OCDE) dont vous trouverez les références ci-dessous.

Les grandes tendances des prochaines années devraient être les suivantes :

- crise climatique devenant possiblement hors de contrôle, avec une part de rejet de gaz à effet de serre de plus en plus prépondérante s'agissant des facteurs non humain. Dit autrement, les "boucles de rétroaction positive" (perte de forets, incendies, acidification des océans, perte d'Albédo...) devront contribuer de plus en plus largement à l'emballement climatique.

- multiplication exponentielle des catastrophes naturelles, et de leur intensité : extension des zones impactées par le phénomène des mégafeux, submersions et inondations plus fréquentes, ouragans, cyclones et vents violents etc.

- dégradation des rendements agricoles classiques et manque d'eau devant alimenter les ruptures d'approvisionnements et les tensions sociales, comme on le voit d'ores et déjà dans beaucoup de pays, le conflit syrien en étant une bonne illustration.

- probable crise énergétique mondiale avec une tension qui devrait se faire en premier lieu sur le pétrole. Crise sur certaines ressources comme les terres rares nécessaires aux équipements électroniques.

- multiplication des guerres (guerres internes et entre Etats pour l'exploitation des ressources clefs en hydrocarbure).

- du fait des éléments qui précèdent, probabilité forte d’une hyperinflation et d’une crise économique qui devrait perdurer avec explosion des inégalités.

Compte tenu de ces éléments qui semblent être partagés par les analystes, on peut s’attendre aux tendances suivantes :

  • repli sur soi avec une probable généralisation de gouvernements populistes (déjà largement à l’œuvre)
  • sécession exacerbée des élites et des classes aisées
  • effondrement des classes moyennes
  • autoritarisme des gouvernements
  • explosion des nouvelles formes d’esclavagisme sur les classes précaires et migrants
  • dégradation des droits de l’homme, des acquis sociaux et de l’état de droit en général.
  • multiplication des techniques de surveillance et d’asservissement comme peut l’être le crédit social en Chine.

Il ne s’agit là que de tendances probables. On peut tout à fait imaginer la découverte d’une énergie miracle et d’une nouvelle période des 30 glorieuses ce qui permettrait le maintien d’acquis sociaux ou de droits de l’homme. On peut aussi imaginer une révolution qui renverserait la logique néolibérale en cours. Seulement, aucun élément historique ou sérieux ne permet d’étayer un tel scénario, surtout dans un contexte où le pouvoir des multinationales et des flux financiers est prépondérant sur celui des Etats. En revanche, il est observé qu’en situation de crise économique et de ressources, les parties au pouvoir défendent d’abord leurs intérêts par un autoritarisme décuplé, chacun cherchant à défendre ses privilèges avec ses moyens.

Sur le plan de la science et des techniques, les tendances devraient être les suivantes :

  • réalité augmentée et réalité virtuelle
  • technologies de l’augmentation (biogénétisme, connexion homme machine, implants nanotechnologiques…)
  • fermes urbaines et cultures OGM
  • tourisme spatial
  • pas de colonisation sur Mars en revanche : l’aventure humaine devrait rester dans le périmètre du champs magnétique terrestre
  • possible exploitation minière de la Lune.

L’évolution majeure devrait être le transhumanisme ce qui devrait exacerber les inégalités au profit des plus fortunés, notamment sur le marché du travail et de la répartition des rôles. Dit autrement, la sélection naturelle devrait s’accentuer sur ce biais technologique.

On peut s’attendre aussi à l’exacerbation de tendances déjà à l’œuvre du fait du développement des deepfakes et du contexte d’infobésité : perte de confiance en l’information et en la vérité, développement du complotisme et de la communautarisation des esprits, radicalisation, enfermement de chacun dans sa bulle pour faire face à un niveau record de stress et d’angoisse.

Le conditionnement des masses devrait suivre l’exemple de la Chine avec l’application des dispositifs de notation et de surveillance.

En gros, pas d’effondrement généralisé mais une surveillance globalisée façon Georges Orwell. On peut aussi imaginer un conditionnement s’appuyant sur des impératifs soutenables et écologiques mais qui, là encore, devraient servir les classes privilégiées, la croissance des uns se faisant sur la décroissance des autres dans un contexte de ressources contraintes.

Bien évidemment, ce n’est pas un futur très réjouissant et la saga s’offre le luxe de proposer des formes alternatives de futur, plus égalitaires et plus inclusives (mais le but n’est pas de tout dévoiler ici …)